Pour les

PROFESSIONNELS

Le carbutateur d’entreprise

4 choses à savoir pour se lancer en tant que freelance

Dans cet article, vous allez apprendre comment vous lancer en tant que freelances. Comme beaucoup de français, vous souhaitez vous affranchir d’une hiérarchie au travail et vous souhaitez vous lancer à votre compte.

Problème, vous ne savez pas comment faire. On vous dévoile les 4 choses indispensables à savoir afin de vous lancer en tant que freelance.

De la plus évidente à la plus subtile, à appliquer dès à présent ou dans quelques temps, vous trouverez forcément vos réponses parmi ces 4 choses indispensables à savoir afin de vous lancer en tant que travailleur indépendant.

Au programme :

  • Retour sur la définition de freelance
  • Quels sont les avantages et les inconvénients d’être travailleur indépendant
  • Quel statut juridique pour un freelance ?
  • Existe-il des aides ?

Retour sur la définition de freelance

Un freelance est un travailleur qui est indépendant dans sa profession. Ce dernier n’a donc pas de contrat de longue durée (CDD/CDI) avec un employeur particulier. Il réalise son activité professionnelle sous forme de missions qu’il facture à ses clients.

Un travailleur indépendant n’a ni patron ni employé. En revanche, il peut faire appel à des prestataires extérieurs afin de déléguer certaines tâches.

En théorie, tout le monde peut devenir freelance. Néanmoins, ce statut peut exposer le professionnel à des risques financiers. En effet, en tant que freelance, le revenu est souvent incertain et diffère selon les mois. Il faut donc être prêt à ne pas avoir un revenu fixe (voir pas de revenu au lancement de son entreprise).

Quels sont les avantages et les inconvénients d’être travailleur indépendant ?

Commençons par voir les avantages d’être en freelance.

Tout d’abord, lorsque vous êtes indépendants, vous être maître de votre destin. Cela vous permet donc d’être libre dans vos décisions et aptes à saisir des opportunités. Vous n’avez pas de lien de hiérarchie. De ce fait, personne d’autre ne pourra pâtir d’une mauvaise prise de décision.

Ensuite, vous pouvez gérer votre emploi du temps comme bon vous semble. Vous pouvez ainsi concilier vie privée et vie professionnelle. Lorsque vous êtes freelance, vous pouvez souvent travaillez d’où vous voulez, surtout lorsque vous travaillez dans les métiers du numérique. Enfin, votre réussite ne sera que le fruit de votre travail. Ainsi, vous pourrez flatter votre égo.

Les Inconvénients

Néanmoins, être travailleur indépendant comporte certains inconvénients. Cette liberté à un prix. Lorsque vous êtes freelance, il faut que vous réalisiez des missions afin d’obtenir une rémunération. Vos revenus sont donc très incertains surtout dans vos débuts lorsque vous n’êtes pas encore connu et reconnue dans votre secteur d’activité (ici, les métiers du numérique). Vous ne comptez que sur vous-même, si vous faîtes une erreur, vous serez le seul à en pâtir et surtout vous serez le seul responsable. Vous devez également vous tenir au courant des dernières tendances et continuellement faire de la prospection commerciale afin d’attirer de nouveaux clients. Vous avez donc une charge de travail supplémentaire.

Ensuite, lorsque vous êtes indépendant, vous bénéficier d’une couverture sociale moins bonne que celle du régime général. Il en est de même pour votre retraite. Vous ne bénéficiez pas non plus des allocations chômages. Vous devez donc constamment assurer vos arrières. Enfin, malgré un sentiment d’autonomie, vous vous devez vous auto-discipliner afin de gérer au mieux votre charge de travail. Si vous n’optez pas pour le co-work, alors il vous faudra gérer votre solitude au travail.

Quel statut juridique pour un freelance ?

Lorsque vous décidez de devenir indépendant, vous devez choisir votre statut juridique. Ce dernier dépend de votre projet mais également du développement (que vous envisagez). Tout cela, en pensant à la protection de votre patrimoine personnel.

En France, il existe quatre statuts juridiques pour devenir freelance :

1)   Micro-entreprise (ou auto-entreprise)

C’est le régime le plus accessible pour les indépendants. Bénéficie d’un régime fiscal simplifié et d’une flexibilité attractive. On conseil ce statut juridique pour les lancements d’activités. Cela vous permet de ne pas prendre trop de risques et vous n’avez pas d’obligation comptable en dessous d’un certain montant.

2)   EI/EIRL : Les entreprises individuelles

Ce sont des personnes physiques.

L’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée) est une option offerte aux indépendants qui souhaitent protéger leur patrimoine personnel. Aucun patrimoine n’est demandé pour bénéficier de ce statut.

3)   EURL/SARL

A l’inverse des entreprises individuelles, l’EURL et SARL sont des personnes morales. Votre patrimoine personnel ne sera pas impacté en cas de faillite de votre société.

SARL : le capital social ne comprend pas de minimum et peut avoir entre 1 et 100 associés

L’EURL : permet de créer une entreprise sans associés

4)   SASU/SAS

Comme l’EURL et la SARL, la SAS et SASU sont caractérisées par une personne morale. Elles permettent de vous garantir la sécurité de votre patrimoine personnel. De plus, les dividendes ne seront pas touchées par les cotisations sociales.

Existe-il des aides ?

Aujourd’hui, en France, il existe de nombreuses aides pour se lancer en Freelance. Tout d’abord, nous vous invitons à lire tous nos articles. En effet, chez Omega 3.0, nous sommes là pour vous accompagner dans la création et la gestion de votre entreprise en tant que freelance.

Ensuite, vous pouvez bénéficier de conseils gratuits de professionnels. Pour cela, nous vous

proposons les sites du gouvernement et de Tiime. Vous pouvez également faire appel à des cabinets de comptable en ligne comme Dougs.

Maintenant, vous avez toutes les clefs pour vous lancer en tant que freelance. Pour en apprendre plus sur le métier d’indépendant, nous t’invitons à télécharger notre livre blanc sur comment se lancer en freelance pour les métiers du numérique.